5/14/2017

Black tea cake with chantilly and cherry jam | Cake au thé noir, chantilly et confiture de cerises noires



C’était une vraie célébration quand venait l’heure du thé à la maison. Souvent, elle avait lieu le dimanche, quand toute la maison vaquait à ses occupations respectives. Selon qu’il faisait beau ou mauvais, mes frères parcouraient des kilomètres de pelouse, se couraient après et beuglaient des âneries, c’était à celui qui obtiendrait les rires les plus tonitruants. Parfois, je voyais les cimes des arbres sa balancer de droite à gauche, et je surprenais une tête farouche en sortir. Là encore c’était une compétition : lequel des deux plus grands tutoierait les cieux ? Le plus petit, quant à lui, se contentait d’observer, les yeux comme des billes, curieux des singeries battant leur plein en altitude.
Pendant ce temps, je restais dans ma chambre à écouter l’écho de leurs jeux, le regard perdu dans les interstices de lambris habillant le mur. Ou bien j’étais assise au milieu de tous mes compact disc, j’hésitais longuement avant d’ouvrir délicatement un boitier et positionner le disque dans son lecteur. Je refermais lentement le capot et j’entendais alors les premiers tours, je devinais que ça tournait sacrément vite là-dedans. Je m’imaginais toute petite, assises sur ces pistes, comme Alice aux Pays des Merveilles, je faisais partie toute entière de la musique.
L’heure tournait et je savais que vers dix-sept heures je pouvais dévaler l’escalier pour déranger Maman. Je savais que j’aurais au moins trente petites minutes pour nous, pour lui raconter tout ce qui anime une gamine de quinze ans. Je la surprenais souvent entre deux bannettes de linge, aussi hautes qu’elle, ça sentait bon l’adoucissant, il y faisait chaud dans le bureau, comme une énorme boule de coton dans laquelle, tel un matou, on se serait roulé. Je me glissais alors dans la cuisine et c’était à chaque fois le même cérémonial : dans un premier temps l’eau que je faisais bouillir, ensuite les tasses que je sortais du vaisselier qui fleurait bon le pin fraîchement ciré. Les tasses devaient toujours être les mêmes sans quoi le thé, lui, aurait été différent. J’allumais ensuite une bougie et je m’évertuais à dénicher quelques biscuits qui n’auraient pas été dévorés par la fratrie à la suite de leurs exploits. Je sortais la théière et je remplissais un sachet de thé noir, parfumé à souhait : bergamote, citron, zeste d’orange, tout pourvu qu’il soit chaleureux. Je versais l’eau fumante dans les tasses, je disposais deux petites cuillères à droite de chacune, je donnais un dernier coup d’œil au dressage puis j’appelais Maman. Je m’installais confortablement sur le tabouret haut et faisais tournoyer ma cuillère dans les abysses du petit bol. Je plongeais mon biscuit dans cette jolie teinte cuivrée puis je mordais à pleines dents le beurre, la farine, le sucre qui composait ce petit shortbread. Je fermais les yeux, tout était parfait, et alors je pouvais livrer tous mes secrets : ils étaient bien gardés dans cette bulle de bonheur…

INGRÉDIENTS POUR UN GÂTEAU DE  8 PARTS :

Ce gâteau a été réalisé avec un thé que j’affectionne tout particulièrement « Grand Goût Russe », 499 de chez DAMMANN FRÈRES. Il est aromatisé au citron caviar, à l’huile essentielle de bergamote, aux écorces de bergamote et aux pétales de fleur.  

Pour les génoises :

250 g de beurre pommade
250 g de sucre en poudre
5 œufs à température ambiante
1 cuill. à café d’extrait de vanille liquide
250 g de farine avec levure incorporée
1 cuill. à café de levure chimique
2 cuill. à café de thé « Grand Goût Russe », 499, DAMMANN FRÈRES

Pour le sirop au thé :

25 cl d’eau
200 g de sucre en poudre
1 cuill. à café d’extrait de vanille liquide
2 cuill. à café de thé « Grand Goût Russe », 499, DAMMANN FRÈRES

Pour la chantilly :

25 cl de crème liquide entière
2 cuill. à soupe de sucre en poudre
1 cuill. à café d’extrait de vanille liquide

Confiture de cerises noires



PRÉPARATION :

Préchauffer le four à 160°C. Chemiser deux moules à charnière de 22 cm de diamètre de papier sulfurisé. Réserver.

Dans un saladier battre le beurre pommade avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit mousseux et léger. Ajouter l’extrait de vanille liquide puis les œufs un à un en prenant soin de bien battre après chaque ajout.

Incorporer la farine, la levure puis le thé finement haché à cet appareil. Répartir uniformément la préparation dans les moules. Faire cuire pendant 25/30 minutes. A la sortie du four laisser refroidir 10 minutes puis démouler les gâteaux, les laisser refroidir complètement.

Réaliser le sirop de thé : faire bouillir dans une casserole l’eau, le sucre, la vanille et le thé en sachet. Laisser refroidir.

Réaliser la chantilly : dans un bol bien froid, battre la crème liquide entière avec un batteur électrique, ajouter progressivement les deux cuillères à soupe de sucre puis la vanille. Continuer de battre jusqu’à ce que les fouets laissent une trace dans la crème.


Le montage : mettre une première tranche de génoise sur une assiette, la badigeonner de sirop. Disposer de la crème chantilly puis de la confiture de cerises noires. Disposer la deuxième tranche de génoise, garnir le dessus de crème chantilly puis décorer d’un peu de thé et d’une cuillère à soupe de confiture de cerises.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire